Catégorie : POLITIQUE/POLITICS
Tibor Nagy
Tibor Nagy en séance de travail à la Chambre de commerce de Douala / ©USA Embassy

2019-03-18 | 07:52:33

Arrivé au Cameroun le samedi 16 mars, le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines entend faire des propositions concrètes sur la crise anglophone et l’affaire Kamto et Cie.

Comme annoncé dans le programme de sa tournée africaine, Tibor Nagy est enfin au Cameroun. Le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines n’est pas passé par quatre chemins pour rendre public sa pensée face au malaise sociopolitique qui secoue le pays. Son agenda est à suffisance clair : mettre un terme à la crise anglophone et demander la libération de Maurice Kamto et des 203 autres personnes arrêtées depuis la marche blanche du 26 janvier 2019.

Ce lundi, il sera reçu au Palais de l’Unité par le président de la République Paul Biya. Les discussions s’annoncent rudes, dans la mesure où le gouvernement camerounais a d’ores et déjà rejeté les positions du « Monsieur Afrique de Trump », l’accusant d’ignorer les réalités locales du triangle national et de s’ingérer dans une affaire qui ne le concerne pas.

Mais on le sait déjà. Et Me Dupond-Moretti l’a rappelé lors de la conférence de presse tenue à la Librairie de peuples noirs samedi dernier. L’opinion internationale ne partage pas du tout les thèmes du pouvoir de Yaoundé, et des actions seront menées de plus en plus à l’encontre des autorités camerounaises, n’en déplaise à certains.

Pour le Pr Manassé Aboya, conseiller au Minesup, l’un des invités au débat télévisé « Canal Presse » du dimanche 17 mars sur Canal 2 international, accepter l’ingérence étrangère revient à brader honteusement la souveraineté du Cameroun. En réponse, un autre invité, le député SDF de Bamenda/Bali, Simon Forbi Nchinda, pense que dans le contexte camerounais actuel, nous devons faire appel à l’ingérence humanitaire en vigueur dans les textes internationaux, car quand il y a autant de morts, de déplacés et de personnes détenus dans une crise, les autres pays sont obligés d’intervenir.

L’issue de la rencontre Tibor-Biya est très attendue à l’intérieur comme à l’extérieur, car la suite de la posture des Etats-Unis vis-à-vis du Cameroun en dépend sûrement.